Le Père Noël et moi

Après bien des aventures dramatiques, la jeune Amélia S. Perrance (son chat noir, Capitaine Suie, sous le bras) a été adoptée par le père Noël et Mary, sa nouvelle compagne et habite au 7, rue des Rennes, à Lutinbourg, dans le Grand Nord.
Tout semble aller pour le mieux dans le meilleur des mondes. Mais qui dit nouvelle vie dit nouvelle école. Comment Amélia, la seule humaine, va-t-elle pouvoir s’en tirer, entourée de lutins à qui on enseigne des choses bien différentes de celles qu’elle a apprises (du chant, de la drimwickerie pratique, du bonheur général) ?

 

Avec qui Amélia deviendra-t-elle amie, et acceptera-t-elle sa nouvelle vie, entourée d’elfes et de fées, elle qui doit apprendre à faire du traîneau et à fabriquer des jouets ?

Et les lutins l’accepteront-ils, alors qu’elle est accusée, par le père Vodol lui-même, de vouloir détruire Lutinbourg, et donc victime «d’humanophobie» ?…

 

Un roman initiatique plein de féerie, sur les autres, la connaissance de soi, la différence et l’adaptation. Ou comment parvenir à se sortir des situations les plus tordues en restant ouvert d’esprit et courageux…

  • Traduit de l'anglais (G-B) par Valérie Le Plouhinec
  • Illustrations de couverture de Chris Mould
  • Collection Fiction 9-12 ans
  • / /
  • À partir de 9 ans
  • broché ● 20 x 14,5 cm ● 304 pages
  • EAN : 9782330106669 ● 14,50 € ● 2018
Tu le sais bien, Amélia. On ne peut être drimwické que si on est mort ou presque. C’est le drimwick qui vous fait revenir à la vie. On ne drimwicke pas quelqu’un comme ça. Les drimwicks sont faits d’espoir authentique et vrai.
Ça ne se simule pas. Et c’est très risqué.
— Et en plus, ce n’est pas parce qu’on est drimwické qu’on arrive à faire de la drimwickerie, renchérit Mary.
Moi, je le suis depuis presque un an, je prends des cours toutes les semaines, et je n’arrive toujours pas à flotter dans les airs, à déplacer des objets avec mon esprit, à arrêter le temps ni rien de tout ça. C’est vrai, quoi, regardez-moi ces décorations de Noël !