Rien de plus précieux que le repos

1863, dans une plantation au sud des États-Unis où chaque journée est rude et péniblement longue, des esclaves maintenus sur une parcelle de terre rectangulaire inventent un jeu qui consiste à pousser un chou avec leurs pieds, en attendant les ordres. Bientôt, les maîtres du domaine organisent des matchs de chouball où sont conviés les planteurs voisins, et les paris commencent. Le premier match se déroule parfaitement, Tommy et son équipe gagnent. Mais lors d’une autre rencontre, la défaite rend fou leur maître. Les compagnons décident alors de se révolter…

Un premier roman sur l’esclavage et la formation du collectif, une fable lumineuse et puissante sur la liberté.

« Tommy poursuivit sa marche, silencieux, les yeux fixés sur ses pieds enchaînés. Il n’ignorait pas qu’il devrait répondre à l’injonction de Stanley le soir même. Il savait que cet ordre pouvait être suivi d’un lourd châtiment en cas d’échec. Mais Tommy, au fond de lui, ne craignait rien. Si le chou était la propriété de son maître, ses pieds restaient sous l’influence de son cerveau, imaginant chaque jour de nouveaux gestes, de nouvelles trajectoires. Tommy comptait bien satisfaire son maître et, bien plus encore, profiter de chaque heure passée avec le chou dans ses pieds libérés. En attendant, Tommy devait plier son corps, casser son dos dans ces champs immenses, des heures durant. »