Colin Fischer, un garçon extraordinaire

Colin Fischer est un adolescent atteint du syndrome d’Asperger. Il excelle d’un point de vue intellectuel, mais a du mal à nouer des relations sur le plan émotionnel. Il prend sans cesse des notes dans son Carnet pour analyser le comportement des jeunes de son âge, tel un anthropologue. Mais trois événements viennent soudain perturber le cours de son année scolaire :

– Melissa Greer, qu’il connaît depuis la sixième, est devenue un véritable canon ;

– il se découvre un talent insoupçonné pour le basket ;

– un revolver est retrouvé dans la cantine du lycée, et le suspect numéro un n’est autre que son pire ennemi.

Pourtant, Colin Fischer ne peut se satisfaire de cette conclusion. Avec son sens de l’observation, il décide de mener l’enquête. Deviendra-t-il un héros malgré lui ?

  • Traduit de l'anglais (Etats-unis) par Nathalie Peronny
  • Illustration de couverture de Marie Sourd
  • / /
  • À partir de 12 ans
  • broché ● 20 x 14,5 cm ● 208 pages
  • EAN : 9782330012816 ● 13,50 € ● 2012
« – Bonjour Danny, dit-il. Comment vas-tu ?
Colin n’avait que trois ans à la naissance de Danny. Comme la plupart des enfants, il était fasciné à la perspective d’avoir un frère ou une soeur. Contrairement à la plupart des enfants, il l’exprima en obligeant son père à lui lire toutes les pages du Guide de la grossesse. Il avait posé des questions précises sur sa mère, ses habitudes alimentaires et son état de santé général. Il était présent lors de l’échographie qui révéla le sexe de l’enfant. Il était extraordinairement impliqué dans tous les aspects de la grossesse et pleura quand on l’informa qu’il ne pourrait pas assister à la naissance. Colin quittait rarement le bébé du regard. Il notait ses observations sous forme de dessins et, la veille du premier anniversaire de son frère, présenta à ses parents un dossier complet intitulé : « Tout sur Danny ». D’ailleurs, la toute première entrée de son Cahier était consacrée à son frère : J’ai un frère. Il s’appelle Danny. Il aime sourire. Ma mère dit qu’il est heureux parce qu’il a un grand-frère qui l’aime. À creuser. »